Crazy, Stupid, Love

 

4/5

Mais qui a écrit ce scénario ?

Dan Fogelman ! Monsieur Cars. On comprend mieux. Bravo monsieur, vous entrez dans la catégorie des personnes que je trouve VRAIMENT drôles.

J’avais un peu peur en allant voir ce film. J’ai quand même pas mal d’aprioris sur les comédies américaines, mais Steve Carell a réussi à me motiver. J’en sors ravie ! Alors pourquoi ?

Parce que l’humour est nouveau et (en)fin ! Les blagues sont bonnes, les méchancetés dites sont vraiment méchantes donc vraiment drôles, la répartie de chaque personnage est naturellement amusante.

Steve Carell, on connait la bête. Ses « Ok » intempestifs qu’il nous sort quand il est embarrassé et qui sont si magiques dans The Office sont présents dans le film. En fait c’est ça, c’est son embarras permanent qui nous fait tant rire. Sa spontanéité aussi. Sa tête. Sa manière d’encaisser les annonces également. Comme je l’ai souvent dit, un bon acteur c’est une personne qui parait naturelle derrière une caméra (tout le monde pense ça je crois…). Steve Carell est pour moi un très bon acteur. On comprend mieux pourquoi il quitte la série qui a fait de lui l’un des acteurs les plus drôles de sa génération et qui nous force à le suivre tout le long de sa carrière.

Assez parlé de lui.

Le film en lui-même aurait pu être l’adaptation d’un série. Je pense sûrement cela parce que j’ai longuement pensé à la première saison de Californication pendant les 2h de Crazy, Stupid, Love. La baby-sitter amoureuse du père, la séparation, le rappel du Dom Juan..

Je n’en dis pas plus, puis j’ai plus grand-chose à dire, ce film reste une comédie, je ne vais pas m’attarder sur le point de vue psychologique qu’a adopté le réalisateur qui, souvent, n’existe pas dans ce genre cinématographique car il n’est qu’alibi et fil conducteur.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×