J'aime regarder les filles

 

 

 

                2/5

 

Nous sommes en 1981. Oui, oui. Primo est le fils d’un couple de fleuristes d’Indre et Loire qui ne roule pas sur l’or et qui en plus, ne semble pas être heureux. Ce couple a un autre fils d’ailleurs. Le cliché du fils aîné lourd et méchant pour un rien. Il passe son temps à se moquer de son frère et à le dénigrer alors que bon … Il n’a pas grand-chose de glorieux à son actif. Bref, l’intéressé c’est Primo.

Primo, c’est celui qui essaie de sortir de sa campagne, qui essaie de s’échapper d’une fatalité morose et qui veut entrer dans la sphère parisienne des années 80. Mais comment faire ? Pour séduire l’élite parisienne, il suffit de mentir. Y en a qui ont essayé … Alors Primo, va se mettre à inventer son passé pour être l’un des leurs. Sauf que bon, le fils de roturier on l’connait. Vous vous doutez de la fin.

 

Problème : C’est TROP mal écrit. A ceux qui vont le voir, qui l’ont vu ou à celle qui était avec moi : « T’as vu ? J’ai des pieds. Bon je sais tout le monde a des pieds, mais j’aime bien faire passer le temps en contemplant mes pieds » … Euh… « Et des genoux ? T’as des genoux ? » Ou alors : « Tu fais quoi l’dimanche toi ? Moi j’fais des tartes » Cool !

Problème bis : C’est fade.

Problème ter : …

Quoi ? Je n’ai rien à ajouter au problème bis. Quand c’est fade, c’est fade.

Alors problème ter : Et bien je ne vois pas l’utilité de ce film finalement. N’apprend rien, histoire déjà vue 450 000 fois et puis un scénario naze.

 

Les points forts : Pierre Niney, la beauté des toits de Paris, la beauté de Gabrielle et le titre qui sonne bien.

 

This is it.  Je suis sûre que vous êtes convaincus d’y aller ! 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×