La Guerre des boutons

 

2/5

Avant tout, ce message s’adresse à tous ceux qui sont allés au cinéma ces derniers jours, on peut en parler de la pub pour le château de Versailles ou c’est tabou ?

Non, mais… Sérieusement ? C’est quoi cette blague ? Ce montage ultra raté nous confirme que les visites à Versailles ont besoin d’un coup de pied au…, non ? Je ne peux pas être la seule à en parler c’est pas possible ! Elle dure au moins 2 minutes et… ahah ! C’est une horreur ! Si cette pub existe encore la semaine prochaine, je lance une pétition pour sa suppression.

 

                Maintenant, revenons à nos moutons. Enfin nos boutons.

Je suis allée voir la Guerre des boutons et j’ai lu une partie du livre récemment (une partie uniquement parce que j’ai trouvé ça assez chiant). Attention je connais la guerre entre les deux versions, je n’ai pas fait de choix catégorique, j’ai commencé par celle-ci parce que l’horaire m’arrangeait. Alors, parlons-en !

Est-ce une comédie ?

Ça a l’air d’être censé l’être. Bien que cette phrase soit compliquée, elle veut tout dire. On sent que le scénario tente de nous faire rire. On sent que les blagues ont été comptées et que le nombre de rires par gag aussi. Je n’ai pas trouvé ce film drôle. Amusant peut-être oui. Distrayant, hum… oui pourquoi pas, mais pas marrant.

Est-ce une bonne adaptation ?

Oui. Les dialogues originaux et l’histoire de Louis Pergaud sont respectés. Les insultes aussi d’ailleurs ! Par exemple, il est vrai que l’histoire des « couilles molles » et des « paigne-culs » est une idée de Pergaud.

Les rôles sont-ils bien distribués ?

Oui et non.

Oui, oui, oui pour les enfants ! Pendant les batailles, on le sent vraiment que ces enfants prennent du plaisir et s’amusent. Cela dit, qui n’aurait pas rêvé être le sujet principal d’un film tel que La Guerre des boutons ? On les enviait déjà en en 1962.

En revanche, GROS non pour Alain Chabat et Fred Testot…

Conclusion ?

Le film n’est pas vraiment drôle mais on s’en fiche parce que c’est mignon et que son but est de remémorer des souvenirs à ceux qui ont vécu à Longeverne ; à ceux qui ont vécu une guerre de villages étant enfants ou bien, à ceux qui comme moi, on simplement aimé la version de 1962 qu’ils ont vu quand ils avaient 10 ans. 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site