Les amours imaginaires

Note: 4/5

Nous sommes à Montréal, et cela s'entend dès la première scène. 

Francis et Marie sont de très bons amis, l'une est hétéro, l'autre est gay. Un soir, à un dîner, un ami d'un ami leur tape à l'oeil, à tous les deux... Nicolas. Il est blond, beau, aux cheveux bouclés angéliques, il ressemble à Apollon de par son teint et ses yeux bleus. L'histoire tourne alors autour de lui, qui est à mon avis une personnification de l'amour passionnel. Nos deux "main characters" sont sûrs, chacun de leur côté d'être l'élu du coeur de Nicolas. Leur amitié en prendra alors un coup, leurs relations "sentimentales" périphériques aussi, Nicolas est un relationshipbreaker. (Mon franglais est dû au choix linguistique du film, c'est censé être funny).

Ô Xavier Dolan ! Nouveau génie du cinéma francophone? (Prochainement dans la rubrique Eux)

En tous cas, il fait parler de lui régulièrement. Parlons de son second film: Les Amours imaginaires... La rentrée du 7e art est très tournée vers le sujet de l'amour. L'automne 2010 est romantique. D'ailleurs l'amour 2010 est tolérant: L'homosexualité chez Dolan et dans Homme au bain, l'adultère dans Amore, l'amour charnel et la prostitution dans Ni queue, ni tête ect.

Ici je parlerais des personnages de ces amours imaginaires. Francis (Xavier Dolan) joue l'un des rôles triangulaires: celui du jeune garçon gay dans l'immense bataille des sentiments du film. Il est très beau, très sensible, attaché aux sens (notamment l'odorat apparemment), au romantisme. Il est généreux et amoureux.

Marie (Monia Chokri): Personnage qui sera, je pense, peu apprécié du public. Elle est vraiment bizarre. elle pousse des cris pour rien, a des traits du visage stricts et sévères, comme ses tenues vestimentaires (choisies par Dolan). Elle a malheureusement le rôle de la copine chiante et difficle.

Enfin, Nicolas (Niels Shneider): Son ambivalence est carrément explicite, d'ailleurs, au début il dit "Non mais moi ça me dérange pas d'être au milieu" quand ils se partagent leur place dans le lit. Il joue avec les deux personnages, comprend ce qu'il se passe et s'en amuse. Cela le rend méchant, voire sadique.

On a beaucoup parlé du ralenti de Dolan, c'est vrai qu'il l'utilise beaucoup, même trop. Certes c'est très beau un ralenti réussi, deux aussi , mais plus c'est lassant. 

Conclusion: Dolan est surdoué, sait ce qu'il fait, le sujet est intéressant, les acteurs aussi, ce film est à voir.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×