Potiche

3/5

La famille Pujol est le cliché de la famille modèle dans les années 70. Les brushing parfaits, les pantalons à pinces, les imper beiges, tout est respecté !

Ils sont les héritiers de l’entreprise Pujol – les parapluies – et en 77, les employés ne sont pas fiers et heureux de leur conditions de travail. Conséquences : Grève, revendications, séquestration de monsieur Pujol…

Et qui se retrouve à la direction de l’entreprise ? La potiche, la femme de M. Pujol, la réelle héritère de l’entreprise, by the way.

Alors voilà, le film tourne autour de ces questions qui étaient existentielles à cette époque : La place de la femme dans le monde du travail et aussi dans le monde politique, la contraception, la mode … Film très féminin.

 

Alors là, les rôles s’inversent. Pour une fois, Catherine Deneuve joue bien, ce rôle lui correspond parfaitement ! Elle a l’air heureuse, elle sourit, elle est insolente et a la répartie qu’il faut… elle est géniale. Judith Godreche, elle, a toujours cet air niais. Lucchini est comme toujours, mais parce qu’il choisit sûrement bien ses rôles, à sa place. Mais alors le choc, c’est Gérard Depardieu. C’est la première fois de ma vie que j’en suis déçue. Son rôle est nul, pourquoi le faire jouer si c’est pour ça ? Ah oui, pardonnez ma naïveté, c’est le recours au star system, comme dans les années 70 ?

 

Sinon, à part ça, le film est drôle, bourré de références politiques actuelles. Bourré d’ironie, de subtilités…

Oui on y va avec sa maman ! 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site