Brooklyn Follies

Brooklyn Follies, c’est l’histoire de Nathan Glass soixante ans et de son ex-femme qui le supporte à peine et de sa fille qui ne se soucie absolument pas de lui. C’est bien simple, pour vous décrire l’ambiance, le livre commence par « je cherchais un endroit tranquille pour mourir »… je vous entends déjà me dire « mais Myr pourquoi tu nous parle de ce bouquin de dépressif ? ». Eh bien pour une raison simple mes amis,c’est parce que ce livre commence aussi mal qu’il est génialissime.

Nathan est ce qu’on pourrait appeler un sale mec, mais un sale mec auquel on s’attache et qu’on voit devenir « the better man » à mesure qu’on le suit dans ces aventures farfelues qu’il raconte dans son petit notebook. Ce dernier, qui cherche donc un endroit pour mourir malgré la rémission de son cancer (vous l‘aurez compris, le mec est un peu hypocondriaque sur les bords) décide de s’installer à Brooklyn et va recroiser son neveu qu’il a perdu de vue il y a des années. Et c’est là que tout va changer…

Paul Auster sait tout faire : cinéma, romans, poésies… tout vous dis-je ! Et le must c’est qu’il le fait avec brio : la plupart de ces romans se passent à New York et on a l’impression d’y être. Ses personnages, on a l’impression de les connaître, on les aime, on a peur pour eux, ils nous dégoutent parfois, ils nous font pleurer, on s’identifie à eux. Comme je le disais un peu plus haut, Nathan n’inspire pas grand chose à part de la pitié au début du livre, et puis au fur et à mesure, on se rend compte que c’est juste un gars comme tout le monde, à qui on a fait du mal, qui s’en est remis mais qui garde un goût amer de toutes ces expériences passées et qui a choisi l’ironie et le sarcasme pour se protéger, là où d’autres auraient choisi la solitude ou l’indifférence. Seulement voilà, vivre en autarcie et faire le dumb ass en société ça marche un temps, mais on s’en lasse. Je n’irai pas plus loin mes chers meaners, et conclurai en vous conseillant vivement ce livre, que j’ai adoré (au cas où certain d’entres vous n’auraient pas compris, je précise). D’ici là,keep being mean.

 

Myr.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×