Un dimanche comme un autre...

Un dimanche comme un autre...
On compte deux types de dimanche : le dimanche dans le pieu et le dimance du pieux, vous me suivez ? Un dimanche comme un autre est une playlist inspirée d'une histoire (vraie) entre deux colocataires autour de leur occupation du dimanche. L'église pour l'un, le lit pour l'autre. Les adeptes des deux activités, bien qu'au premier abord différentes semblent d'accord, dans le premier ou deuxième cas le dimanche c'est sacré ! Mais ne tentez jamais de le leur faire entendre. Jamais.

14 heures. Le plus pieux, Jean, s'indigne, comment peuvent-ils dormir aussi longtemps à un si jeune âge (Bombay Bicycle Club - How Can Swallow So Much Sleep) ? Les railleries de son colocataire ne provoque pas de colère en lui, au contraire, il lui accorde sa miséricorde : tous ces ornements, ces bas-reliefs, ces azulejos (David Holmes - Holy Pictures) ne gagnent pas leur émerveillement ? Grand bien leur fasse, ils se rendront compte de ce qu'ils loupent plus tard, peut-être.
Dans un tout autre registre, arborant fièrement tous les stigmates de ses activités nocturnes (Bonobo - Nightlite), Edouard tourne à la dérision la foi de son interlocuteur. Manifestement, il n'est pas rentré seul de son escapade en ville (Craft Spells - Scandinavian Crush) et préfère rire de son état lamentable (Puro Instinct - Everybody's Sick).
Qu'on le pardonne. Livre sacré fermement pressé contre sa poitrine, Jean se lance et lui propose une promenade dans le parc situé tout près (Beach House - Walk in the Park). Il préfère le café en vogue... situé tout près aussi (Charlotte Gainsbourg - Le Chat du café des artistes). L'abnégation dont fait preuve Jean est exemplaire, et comme ses livres le lui ont toujours enseigné, la persévérance porte un jour ses fruits. Edouard daigne s'extirper de son lit.

Ses convictions alimentent la conversation, et éloigné de toute audience Edouard se contente d'acquiescer poliment. Tout y passe, les signes de Dieu partout et tout le temps, les changements climatiques, la folie des hommes (The Horrors - Changing the Rain). Ce ne sont pas des sermonts jure-t-il, plutôt un service qu'il lui rend.
De son côté Edouard l'affirme, il changera peut-être avec le temps (Dead Can Dance - A Passage in Time). Jean sourit, une partie de sa mission est remplie, la bonne parole est prêchée. Edouard préfère relativiser, et accepte d'une main de maître le sort que lui a réservé Jean. Il neige en ce  février 2012 (Real Estate - Snow Days), ça suffit à faire son bonheur. Changer, ce n'est pas dans ses projets futures, il n'a aucun intinéraire pour ce voyage. Où sera-t-il dimanche prochain...
Dieu seul le sait (The Beach Boys - God Only Knows).

Bon dimanche.

Bright'on


Beach House - Walk in the Park http://www.youtube.com/watch?v=HeaHW-rUsUQ
Bombay Bicycle Club - How Can Swallow So Much Sleep http://www.youtube.com/watch?v=3iObLPR9U7Y&feature=related
Bonobo -
Nightlite http://www.youtube.com/watch?v=Doy3-A4Vric
Charlotte Gainsbourg -
Le Chat du café des artistes http://www.youtube.com/watch?v=tJrOom-S3ek
Craft Spells - Scandinavian Crush http://www.youtube.com/watch?v=3aUgPuIhfVY
David Holmes - Holy Pictures http://www.youtube.com/watch?v=g4t2AdltqrQ&feature=related
Dead Can Dance -
A Passage in Time http://www.youtube.com/watch?v=LnqunTY1D9Q
Puro Instinct - Everybody's Sick http://www.youtube.com/watch?v=vXrUiLzPrxM
Real Estate - Snow Days http://www.youtube.com/watch?v=a0C22Ms5N1Q

The Beach Boys - God Only Knows http://www.youtube.com/watch?v=NDfH_J4MAUQ
The Horrors - Changing the Rain http://www.youtube.com/watch?v=09dsTaHkkxA

 

 




Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×